Dans l’habitation familiale de Crisnée, en province de Liège, Belgique, des photos de Laurent au temps du bonheur sont disposées un peu partout. Comme ces images des dernières vacances, où Laurent, un jeune et beau gaillard, respirait la joie de vivre. Sa chambre, ses parents n’y ont pas touché.

«Faire don de ses organes, c’était une manière de perpétuer la bonté magnifique de Laurent. Pour que sa mort ait un sens, pour que sa générosité soit prolongée», nous dit son papa, dont la voix est étranglée par les sanglots. «Savoir qu’il vit dans d’autres personnes, ça nous aide. Pourtant, on ne peut pas savoir qui a reçu quoi. Cela reste anonyme.»

Via la coordinatrice du don d’organes, les parents de Laurent Kremer ont reçu deux lettres de donneurs qui les remercient pour leur geste. «La première, écrite en néerlandais et en anglais, nous remercie parce que la vie de cette personne a changé. Il y a un mois, nous avons reçu une seconde missive d’un homme de 50 ans qui avait reçu les poumons de Laurent et qui, grâce à notre fils, sait refaire son hobby, du motocross. C’est extraordinaire de savoir que cet homme a pu reprendre une activité physique. Cela fait chaud au cœur de constater que d’autres personnes ont pu être sauvées grâce à notre fils.»

Les parents de Laurent ont créé l’ASBL Chaîne de vies, dont l’objectif est d’informer et de sensibiliser au don d’organes. Un tel don permet, en effet, de donner 12 nouvelles vies. Ses parents ont même mis sur pied un outil didactique, sous forme de mannequin, pour expliquer le don d’organes aux plus jeunes. Une forme de puzzle qui reprend les organes susceptibles d’être transplantés.

Près d’un an après le drame, Claudine et Thierry Kremer se tournent vers l’avenir. Notamment pour leur autre fils, Maxime. « Il faut tirer des choses positives du drame. On voudrait que la Justice soit plus sévère au niveau des récidivistes. »

 

>>> cliquez ici pour voir les photos de ce jour-là

 

*** >>> lien vers un poème pour ceux qui attendent un organe

 

*** >>> ici un poème-hommage aux donneurs

 

 

ex Lavenir