Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • : Je mets constamment mon blog à jour pour vous satisfaire au mieux. Je réponds personnellement a tout commentaire qui m'est transmis par la rubrique en bas de chaque article. Je réponds aussi à tout message que vous envoyez par le CONTACT tout en bas de page. Je vous souhaite bon plaisir !
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 10:29


Toute crise fait des perdants... et des gagnants. Ces consommateurs qui parviennent à conserver leur pouvoir d’achat grâce à des affaires intéressantes, dont voici un échantillon (provisoire).


 

Selon la dernière enquête du Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc), 17% des consommateurs belges disent ne pas pouvoir faire face à des dépenses imprévues car ils n'ont pas d'argent de côté. Plus en détails, 10% des consommateurs n'ont pas la possibilité de manger plus de quatre fois par semaine de la viande, du poisson ou des oeufs. Un consommateur sur trois explique ne pas être en mesure de s'acheter une voiture. Enfin, 9% des personnes intérrogées déclarent ne pas pouvoir s'offrir une télévision ou une machine à laver, voire un téléphone (7%).

Mais malgré l'austérité ambiante, tous les produits et services ne sont pas forcément plus chers. Il y a moyen de faire de bonnes affaires.ARGENT BILLETS BCP 2 Voici 9 exemples.


1. Vacances en Espagne et au Portugal

Si les prix des hôtels espagnols sont au même niveau que l’an dernier, ils ont baissé de près d’un tiers par rapport à 2007. Chez le voisin portugais, tout aussi durement frappé par la crise, les hôtels sont également devenus beaucoup plus abordables: 35% de moins qu’en 2008. Une crise sans fin ne débouche pourtant pas automatiquement sur des prix intéressants. On rapporte que des hôteliers grecs se comportent comme d'authentiques pillards.


2. Blue Chips

Faute de confiance, des entreprises comme Apple ou JP Morgan sont moins bien cotées qu’au plus fort de la crise financière. Pour chaque centime attendu, l’investisseur mise moins, et les rapports cours/bénéfice en font les frais. Voici quelques acteurs de l'énergie et des télécoms du sud de l'Europe qui font partie des bonnes affaires boursières du moment.


3. Cap sur le Japon

La catastrophe nucléaire de Fukushima et le yen fort ont ruiné le tourisme japonais. Les billets d’avion à bon marché devraient relancer un peu la machine. Certains prix ont baissé d’un tiers. Le département japonais du tourisme a même utilisé 10% de son budget pour offrir des vols gratuits aux journalistes touristiques et aux bloggeurs, à condition qu'ils déclarent le pays sûr.ARGENT TIRELIRES DEUX


4. Maisons en Espagne et en Irlande

Avant la crise immobilière, une villa moyenne sur la Costa Blanca coûtait facilement 500.000 euros. Il faut à présent débourser moins de 300.000 euros. Si vous avez 110.000 euros à dépenser, vous pouvez vous offrir un appartement 4 chambres dans la station andalouse de Motril. C’est moitié moins qu’il y a trois ans. Même scénario en Irlande: l’explosion de la bulle a réduit de 53% le prix des maisons à Dublin.


5. Sports d'hiver

S'offrir des vacances de Noël aux sports d'hiver en profitant d'une réduction pouvant aller jusqu'à 40%, c'est tout à fait possible. D'ailleurs, mieux vaut réserver durant la deuxième semaine des vacances scolaires (du 2 au 8 janvier) car les petits Français reprennent tous les cours durant cette semaine là. Une demande moins élevée pour cette pérdiode se traduit par des prix moins élevés.

6. Champagne et vins italiens

En 2009, les producteurs de champagne ont vu leur chiffre d’affaires chuter de 40% sous l’effet de la crise. Les volumes remontent cette année, mais avec le nouveau creux économique, les maisons champenoises risquent de se retrouver avec des invendus. Résultat: on brade les bulles. En 2010, pour la première fois, les viticulteurs italiens ont produit plus que leurs collègues français. Il est peu probable qu’ils arrivent à écouler leur marchandise sans un effort sur les prix.


7. Homard américain et canadien

La première crise financière de 2008 a soudainement écrasé le prix du homard. Il faut dire que les éleveurs canadiens se finançaient auprès des banques islandaises… Celles-ci disparues, le marché américain a dû vendre ses surplus à des prix bradés. L’équilibre revient, mais la demande menace de s’écrouler. Avec les effets qu'on imagine sur les prix.


8.  Légumes  EXCELLENT

Le temps instable de l’été et la frayeur causée par la bactérie EHEC ont fortement comprimé le prix des légumes. Les tomates, par exemple, ont coûté jusqu’à 60% de moins que l’année d’avant. Mais la crise a aussi pesé sur le secteur. Le consommateur soucieux de son budget achète ses légumes en boîte plutôt que frais. La demande reculant, les prix font de même.


9. Crédits hypothécaires

Les troubles financiers qui règnent depuis trois ans ont fait chuter les taux d’intérêt – variables et fixes – à un plancher historique. 4% pour emprunter à taux fixe, voire moins, sur 20 ans: cela n'avait plus rien d’exceptionnel l'année dernière.

 

EXCLAMATION2-copie-3Mais depuis, les taux à long terme ont remonté, et le malaise perdure sur le marché interbancaire européen. Bref, la fête est finie.

 

ex crioc.be

Partager cet article

Repost 0

commentaires