Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • : Je mets constamment mon blog à jour pour vous satisfaire au mieux. Je réponds personnellement a tout commentaire qui m'est transmis par la rubrique en bas de chaque article. Je réponds aussi à tout message que vous envoyez par le CONTACT tout en bas de page. Je vous souhaite bon plaisir !
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 05:43
Georges Simenon avait, en plus du génie de l'écriture, celui de la publicité et il était pour cela bien en avance sur son temps. Le Tout-Paris ne lui a pas résisté !
20 février 1931. Simenon organise une soirée gangster pour la publication du premier "Maigret"

 Une même question court sur toutes les lèvres du Tout-Paris en cette mi-février 1931 : "Tu as reçu ta convocation, toi ?" Il s'agit en fait de l'invitation qui a l'aspect d'une fiche d'identité judiciaire. Elle convoque son récipiendaire à un bal anthropométrique dans le célèbre établissement de Montparnasse, La Boule blanche. Elle est signée par un certain Georges Simenon, un jeune auteur de Fayard. Comme c'est excitant ! On va s'encanailler comme au début du siècle à l'époque des Apaches. Voilà qui change des réceptions mondaines.

C'est Simenon qui a eu l'idée de cette soirée policière pour la publication chez Fayard de ses deux premiers bouquins consacrés aux enquêtes du commissaire Maigret : Monsieur Gallet décédé et Le pendu de Saint-Pholien. Un personnage créé l'année précédente dans la revue Détective dirigée par Joseph Kessel.

À l'époque, Simenon est un grand jeune homme blond de 28 ans qui, sous son air sage, est déjà un sacré gaillard affamé d'aventures et de sexe. Il saute sur tout ce qui bouge. Sauf, peut-être, sur les petites filles de 14 ans, surtout si leurs pères sont ses meilleurs copains... Il a fait la conquête de Colette, qui l'a introduit dans la bonne société.

Jazz et travestis

Les invités sont conviés à minuit, l'heure du crime, mais dès 22 heures, ils se pressent déjà devant l'entrée de La Boule blanche, où ils sont accueillis par une "pute", un "mac" et un "boucher".

Le dessinateur Serge, grimé en "homme du milieu", oblige les arrivants à déposer les empreintes de leurs doigts sur leur convocation. La chanteuse Damia préfère y poser ses lèvres.On fait semblant d'inspecter les dessous des dames. D'énormes projecteurs sont braqués sur les nouveaux venus comme au Quai des Orfèvres.

À l'intérieur du night-club, il règne une chaleur tropicale, un orchestre nègre déchaîné joue du jazz. Dans un coin, Simenon dédicace ses ouvrages et promet d'en publier un par mois !

Les célébrités se marchent sur les pieds. Bernard de La Villardière cherche partout le fameux commissaire Maigret pour l'interviewer. Les écrivains Francis Carco et André Warnod discutent dans un coin. Colette danse avec frénésie. Pierre Lazareff gribouille sur un calepin. Jean Fayard courbe sa grande taille vers ses interlocuteurs. Le metteur en scène allemand Pabst est entouré d'actrices. La sublime Suzy Solidor danse effrontément, le corps moulé dans un long maillot de dentelle et de strass. Les peintres Per Krogh et Kisling s'interpellent bruyamment.

Parlementaires, avocats, comédiens se pressent devant le buffet. Henri Jeanson multiplie les bons mots. l y a aussi plusieurs grands flics. À une comédienne qui leur demande s'ils ont leurs menottes, l'un d'eux répond : "Donnez-moi, madame, la vôtre à baiser."

Trois dessinateurs satiriques amis de Simenon saisissent des pinceaux pour tracer sur les murs blancs les ombres d'une tragédie policière. Bien éméchée, Damia grimpe sur des épaules complaisantes pour chanter une goualante. À 4 heures du matin, on organise un concours de maquillage et de travestis. Le jury délibère âprement.

Les deux gagnantes sont deux romancières maquillées en Peau-Rouge et en Apache ; elles reçoivent un baby-bar et une caisse d'apéritifs. Kisling, lui, obtient un chronomètre en or qui le fait se lamenter : "Bigre, je serai forcé maintenant d'être à l'heure !" Vers 7 h 30, les derniers invités disparaissent après avoir soupé sur place. La naissance de Maigret a été dignement fêtée, il peut commencer sa longue carrière.

 

>>> lien vers Simenon et Maigret à Liège


>>> lien vers des témoignages de ceux qui l'ont connu à Liège

ex Lepoint

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre - dans ROMAN POLICIER
commenter cet article

commentaires

Laret 04/04/2013 07:42

Voici donc l'histoire de la naissance de la légende "Maigret".Tres bonne journée,Jean-Pierre

pierre 04/04/2013 12:36



bonjour


Georges Simenon savait y faire !


bonne journée