«À la demande de ma fille, j’ai validé une commande la semaine dernière sur www.abercrombiebruxelles.com. Je n’y ai d’abord pas prêté attention. Mais en consultant mon solde Visa, je constate que je suis débité en monnaie chinoise! Et bien sûr, je n’ai rien reçu et si je reçois, ça sera sûrement du faux! Toutefois, vu que le naïf, c’est moi, je doute d’être un jour remboursé. Ça sera une leçon»

«J’ai commandé un pull à capuche pour ma fille, j’ai payé avec PayPal et je n’ai eu aucun souci. J’ai reçu la marchandise en provenance de Hong Kong. Ça m’a étonnée car je m’imaginais que ça viendrait de Bruxelles! Maintenant, comme c’est le premier vêtement Abercrombie que j’achète, je ne sais pas si c’est un faux!? Quelqu’un peut m’aider?»

Les témoignages comme ceux-ci sont nombreux sur la toile belge. Car depuis l’installation en décembre du magasin Abercrombie & Fitch sur le Boulevard de Waterloo, les copies grossières, arnaques et contrefaçons qui surfent sur la localisation bruxelloise de la marque star des ados se multiplient sur internet.

Un premier site chinois, www.abercrombiebruxelles.com, a éclos dès décembre. Plusieurs clients belges s’y sont laissés tromper. Depuis, un jugement a été rendu aux USA (le 4 novembre) suite à une plainte d’Abercrombie & Fitch concernant une tripotée d’adresses sœurs. Et le site, qui avait été ouvert par les dénommés Wang Zhiming et Lin Huacong, a été remplacé par un affichage du jugement du tribunal de Floride.

Depuis, d’autres sites (sur lesquels on ne vous renverra pas d’ici) se sont ouverts. Ils reprennent des adresses trompeuses mentionnant Abercrombie, Bruxelles ou la Belgique. Ces sites en. be,. org ou. com sont pourtant tout aussi faux. Ils sont enregistrés en Chine ou à Hong Kong, aux noms de Xie Jifei, Lin Huacong (encore lui!) ou Hanxi Zheng. Ne vous laissez pas tromper: voici quelques trucs pour démêler le vrai du faux et du plus faux.


1°) Le seul site autoriséà vendre des vêtements Abercrombie & Fitch est la plateforme américaine de la marque:www.abercrombie.com. Vous noterez qu’il est en anglais.

 

2°) Jetez un œil au français utilisé sur le site que vous visitez: des expressions bancales (et désopilantes) vous mettrons la puce à l’oreille. Exemples : «Nous proposons un service que nous offrons une large sélection de Abercrombie and Fitch», «Nous offrons une expérience de magasinage en ligne», «La fabrication suit des critères rigoureux de qualité de gérer l’intégrité du tissu jusqu’à les moindres détails de points de suture» ou «Vous devriez semblent également pour les points manqués tout autour des bords et difficile à voir les pièces.

3°) Si le doute subsiste, la méthode ultime consiste à utiliser un service «whois»(pour «who», “qui” et «is», “est”). Il s’agit d’un moteur de recherche permettant de déterminer qui se cache derrière une adresse web. Le service concernant les adresses belges en. be est disponible sur www.dns.be, le site de l’ASBL qui enregistre les noms de domaines belges. Mais d’autres moteurs whois font aussi très bien l’affaire. C’est ainsi que vous dénicherez les enregistrements effectués depuis la Chine.

 

FLECHENOTE IMPORTANTE A VOTRE SERVICE:

 

Recevez automatiquement et gratuitement un message dès que je publie un nouvel article et soyez  ainsi le premier à être averti de sa mise en ligne, sans jamais recevoir ni publicité ni spam.

 

Indiquez simplement votre adresse mail dans la case sous la rubrique NEWSLETTER en bas de page, comme illustré ci-dessous. Vous pourrez vous désabonner dès que vous le souhaiteriez.

 

Je vous souhaite une très agréable lecture !

 

N'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, j'y réponds toujours par retour !

 

Newsletter

Inscription à la newsletter