Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • : Je mets constamment mon blog à jour pour vous satisfaire au mieux. Je réponds personnellement a tout commentaire qui m'est transmis par la rubrique en bas de chaque article. Je réponds aussi à tout message que vous envoyez par le CONTACT tout en bas de page. Je vous souhaite bon plaisir !
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 15:42

 

Le nombre de consommateurs combinant plusieurs drogues a doublé en quinze ans. L'augmentation atteint quarante à soixante pour cent pour les consommateurs de drogues en traitement contre leur addiction. Au plus le mélange de drogues dure longtemps, au plus les toxicomanes rencontrent régulièrement des problèmes psychiques. Pour remédier à ceux-ci, les chercheurs des universités de Gand et d'Anvers ainsi que de l'ULB ont plaidé lundi pour une meilleure collaboration entre les services d'aide psychologique et les centres de désintoxication.

 

Les combinaisons de drogues les plus courantes sur une période de 24 heures sont l'héroïne avec l'alcool, ainsi que des mélanges entre opiacés, cannabis, alcool et stimulants.

En 1997, 35 à 40% des consommateurs de drogues combinaient plusieurs produits. En 2010, ce chiffre atteignaient 65 à 80%. "Nous ne pouvons cependant pas vraiment parler de doublement", indique le professeur Wouter Vanderplasschen de l'université de Gand. "Le recensement est peut-être plus élevé parce que les services de soins y prêtent désormais plus d'attention et que les consommateurs hésitent moins à demander de l'aide."

L'utilisation multiple de drogues est devenue la règle grâce à la meilleure disponibilité des drogues légales et illégales. Cette tendance touche autant les consommateurs en traitement que ceux qui se droguent pendant leurs sorties.

Bien que le lien entre addiction et problème psychiques est fort chez ce genre de consommateurs, les services d'aide n'y prêtent pas systématiquement attention. "Il faut dès lors une meilleure collaboration entre les services d'aides psychologiques et les centre de désintoxication afin d'offrir une aide continue et intégrale", estime le professeur Vanderplasschen.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre - dans SANTE
commenter cet article

commentaires

Laret. 19/06/2013 11:13

Réalité,hélas,de plus en plus d'actualité..Mais il faut bien définir le mot "drogue"(Alcool,médicaments...)A bientôt,Jean-Pierre

Laret 19/06/2012 07:53

Et ça commence parfois par la pharmacie!!Quand j'exerçais,j'ai souvent été confronté au problème.Des "patients"en manque que j'essayais d'aider!Des médecins qui prescrivaient dangereusement,des
fausses ordonnances...des vols(j'ai été cambriolé une fois!).Mais j'ai arreté en 1993!Autre chose,le 29,nous partons pour Plan d'Aups Sainte-Baume(Provence),notre"autre chez nous".Nous en avons
besoin!Donc,je ne saurai plus me manifester beaucoup pendant les préparatifs et le séjour..A bientôt,bonne journée,Jean-Pierre

pierre 19/06/2012 08:09



je vous souhaite un très agréable séjour là-bas


 


je vous remercie pour l'attention que vous m'accordez: c'est vraiment un très grand plaisir pour moi


 


bon soleil à vous et aux vôtres !


 


Pierre-Oscar