Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • : Je mets constamment mon blog à jour pour vous satisfaire au mieux. Je réponds personnellement a tout commentaire qui m'est transmis par la rubrique en bas de chaque article. Je réponds aussi à tout message que vous envoyez par le CONTACT tout en bas de page. Je vous souhaite bon plaisir !
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 17:35

 

                                            LI BOÛKÈTE ÈMACRALÈYE

C'esteût l'nut' dè Noyé, li mame féve des boûkètes.
Et tos les p'tits-èfants rassonlés dilé l'feû,
Rin qu'a houmer l'odeur qui montéve dèl pêlète
Si sintî l'êwe al boke èt s'ralîtchî lès deûts.

Quand on costé dèl påsse èsteût djusse a l'îdèye,
Li mame prindéve li pêle èt hoyève on p'tit pô,
Et puis houp, li boukète e l'êr féve ine dimèye
Åt dvins l'mitan dèl pêle ritournéve cou-z-å-hôt.

"Lèyi-me on pô sayî, brèya li p'tite Madjène,
Dji wadje del ritoûrner d'adreût dèi prumî côp.
Vos-alez vèyî, mame." Et vola nosse glawène
Qui prind l'pêle a deûs mains, qui s'abahe on p'tit pô

Et rouf ! di totes ses fwèces èle èvole li boukète
Ele l'èvola si bin, qu'èle n'a måy ritoumé
On qwèra tos costés, so l'årmå, podrî l'pwète
On n'ritrova måy rin. Wice aveût-èle passé ?

Tot l'monde s'èl dimindéve èt les k'mères di vinåve
Si racontît tot bas, al-nut, åtoû dès feu,
Qui c'esteût sûr li diâle qu'èsteut catchî d'zos l'tåve
Et qui l'aveût magnî sin fé ni eune ni deus...

L'iviér passa, l'osté ramina lès vèrdeûres
Et lès fièsses di porotche ås djoyeûs cråmignons.
Tot l'monde aveût dèdja roûvi ciste aventeûre,
Quand li mère d'a Madjène fa r'blanki sès plafonds.

Vola don l'bwègne Colas, blankileû sins parèy
Qu'arive avou sès breûsses, sès håles èt sès sèyès.
I k'minça dè bodjî lès p'tites bardåh'rèyes
Qu'estî avå l'manèdje. I wèsta lès tåvlès

Qui pindît so lès meûrs, puis montant so s'halète,
I d'pinda l'grand mureû qui hågnîve so l'djivå
Et c'est podrî l'mureû qu'on r'trouva nosse boukète
Qu'èsteû la d'pôy sî meûs, co pu deûre qu'on vî clå,

Neûre come on cou d'chapê, reûdi èco pu qu'ine bâye,
Frisêye come ine vèye catche, èt d'zeûr di tot çoula,
Tote coviète di strons d'moke èt tèlemint tchamossèye
Qu'èle aveût dès poyèdjes co pé qu'in angora.
 


èmacralêye, ensorcelée
rasson-ner, rassembler
houmer, humer
ralètchî, lècher
pâsse, pâte
pêle, poêle à frire
heûre, secouer
dimèye, pirouette
sayî, essayer
Madjène, Marie-Jeanne
wadjî, parier
glawène, gamine
abahî, abaisser
k'mére, commère
vinåve, quartier
porotche, paroisse
roûvî, oublier
bwègne, borgne
blankiheû, badigeonneur
breûsse, brosse
håle, échelle
sèyê, seau
bardah'rèye, objet encombrant
avå, parmi
wèster, ôter
tåvlê, tableau
halète, petite échelle
mureû, miroir
hågner, étaler
djivå, tablette de cheminée
reûde, raide
bâye, quille
frèzèye, grèlée
catche, poire séchée
tchamossèye, moisie
poyèdje, poil
angora, chat angora.

                                      Traduction de Monsieur Louis Deville:

 

                      LA BOUQUETTE ENSORCELEE.


C'était la nuit de Noël, la mère faisait des boûkètes
Et tous les petits enfants rassemblés devant le feu
Rien qu'à humer l'odeur qui montait de la poêle
Sentaient l'eau leur monter à la bouche et se reléchaient les doigts.

Quand un coté de la pâte était juste à point
La mère prenait la poêle et la secouait un petit peu.
Et puis hop, la boùkète en l'air fit une pirouette
Et au milieu de la poêle se retrouvait cul vers le haut.

"Laisse moi un peu essayer, brailla la petite Marie Jeanne.
Je parie que je vais la retourner du premier coup.
Vous allez voir mère" (NDT : En wallon on vouvoie tout le monde, on peut aussi tutoyer mais c'est très grossier). Et voilà notre gamine
Qui prend la poêle à deux mains, qui s'abaisse un petit peu

Et rouf! De toutes ses forces elle envole la boûkète
Elle l'envola si bien qu'elle n'est jamais retombée.
On chercha tout cotés, sous l'armoire, au dessus de la porte
On ne retrouva jamais rien. Où était-elle passée?

Tout le monde se le demanda et les commères du quartier
Se racontaient tout bas, la nuit, autour du feu
Que c'était surement le diable qui s'était caché sous la table
Et qui l'avait mangé sans faire ni une ni deux...

L'hiver passa, l'été ramena les verdures
Et les fêtes de la paroisse aux les joyeux cramignons (farandoles)
Tout le monde avait déjà oublié cette aventure
Quand la mère de Marie Jeanne fit reblanchir ses plafonds

Voilà donc le borgne Colas, badigeonneur sans pareil
Qui arrive avec ses brosses, ses échelles et ses seaux
Il commença par enlever les petits objets encombrants
Qu'il y avait dans la maison. Il ôta les tableaux

Qui pendaient sur les murs, puis montant sur l'escabeau
Il décrocha le grand miroir qui s’étalait sur la cheminée
Et c'est derrière le miroir qu'on retrouva notre boûkète
Qui était là depuis six mois, encore plus dure qu'un vieux clou,

Noire comme un cul de chapeau, encore plus raide qu'une quille,
Grêlée comme une vieille poire, et en plus de tout cela,
Toute couverte de cacas de mouches et tellement moisie,
Qu'elle avait des poils encore pire qu'un angora.

 

>>>  Pour retrouver notre article avec la recette.

 

>>> Cliquez pour nous suivre sur Facebook.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre - dans RECETTES
commenter cet article

commentaires

Louis Delville 17/11/2013 21:22

Un morceau de bravoure pour les amateurs de textes savoureux dans notre belle langue wallonne.