Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • TOUJOURS DU NOUVEAU RIEN QUE POUR VOUS !
  • : Je mets constamment mon blog à jour pour vous satisfaire au mieux. Je réponds personnellement a tout commentaire qui m'est transmis par la rubrique en bas de chaque article. Je réponds aussi à tout message que vous envoyez par le CONTACT tout en bas de page. Je vous souhaite bon plaisir !
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 13:29

Voici des révélations qui pourraient être les nôtres un jour ou l'autre: étrange et pourtant réel !

Nicole : "Un groupe de personnes, que j’ai appelées plus tard des êtres de lumière, s’est dirigé vers moi. J’étais baignée par l’amour. "
Nicole : "Un groupe de personnes, que j’ai appelées plus tard des êtres de lumière, s’est dirigé vers moi. J’étais baignée par l’amour. "
(NBD)

18 % de ceux qui sont revenus d’un coma racontent des curieuses histoires.

Au départ il y a la récente médiatisation du livre de Jean-Paul Duc, un cadre supérieur de Haute-Savoie déclaré mort par les médecins après une crise cardiaque. Alors qu’on le transfère à la morgue, un infirmier découvre stupéfait que sa poitrine bouge. De cette mort clinique, au cours de laquelle il affirme avoir vécu une expérience extraordinaire, appelée “expérience de mort imminente” (Emi), l’homme a tiré un livre (1). Troublant.

Midi Libre a lancé un appel à témoins pour rencontrer des personnes ayant vécu une expérience analogue. Contre toute attente, c’est une avalanche d’histoires intimes (109 précisément) qui ont déferlé. Nous avons échangé avec 37 de nos témoins, tous faisant preuve d’une grande sincérité et de beaucoup d’humilité face à un phénomène qui les dépasse et les interroge... Récits.

"Un groupe de personnes, que j’ai appelées plus tard des êtres de lumière, s’est dirigé vers moi"

Nicole Canivenq habite à Saint-Jean-de-Védas (Hérault). En 2003, la voiture de cette brillante directrice commerciale percute un arbre avec une rare violence.

"Je n’ai pas eu conscience de l’accident. Je me suis simplement éveillée avec le sentiment de n’être pas dans le bon sens, de “ flotter” au-dessus de mon corps. Un groupe de personnes, que j’ai appelées plus tard des êtres de lumière, s’est dirigé vers moi. J’étais baignée par l’amour. Pas l’amour comme on le connaît ici. Quelque chose de profondément différent, et de mille fois plus intense." Onze ans plus tard, elle a quitté son travail pour devenir sophrologue et "aider les autres". Elle n’a jamais été croyante, au sens religieux du terme.

Yoan a 9 ans. En 2010, il chute dans l’escalier, à Canet-en-Roussillon. Transporté d’urgence à l’hôpital de Perpignan, son cœur s’arrête pendant quelques minutes. Il reste onze jours dans le coma.

"Au bout, il y avait une lumière très forte"

"J’étais assis et je regardais les docteurs en train de soigner un enfant. Je n’avais pas compris que c’était moi. Ils parlaient fort et s’agitaient. Je ne comprenais pas pourquoi. J’avais peur : je suis allé à la recherche de ma maman. J’ai suivi un couloir très sombre, au sol mou comme de la moquette. Au bout, il y avait une lumière très forte, comme quand on ouvre les volets le matin, mais ça ne faisait pas mal aux yeux. Il y avait plein d’autres enfants qui avaient tous l’air gentils. J’étais bien. Comme quand papa revient et qu’on va jouer à la plage."

Chose curieuse, alors que l’enfant était plongé dans un coma artificiel, il se rappelle du prénom de l’interne qui s’est occupé de lui. Un interne qui a changé d’hôpital avant son réveil.

Après l'accident, "il est devenu le meilleur élève de sa classe"

Annick, la mère de Yoan, reste inquiète : "J’entends souvent mon fils parler tout seul dans sa chambre, et dire des choses très matures pour son âge. Mais le plus stupéfiant, c’est qu’avant l’accident, il avait beaucoup de difficultés à l’école, il était bagarreur et dissipé. Il n’arrivait pas à apprendre à lire. Depuis, il est devenu le meilleur élève de sa classe, et c’est maintenant un petit garçon très sage."

Joseph Garcia a 82 ans et vit à Lagamas (Hérault). À l’âge de 21 ans, alors qu’il travaille comme coffreur-boiseur dans la centrale thermique des Houillères de Carmaux (Tarn), l’une des barres métalliques qu’il utilise pour damer le béton entre en contact avec une ligne à haute tension.

"Il y avait une tache blanche au fond. Un blanc absolu."

"On m’a raconté qu’il y avait eu un arc électrique terrible." Le vieux monsieur a gardé secrète cette histoire depuis plus de soixante ans, sans même en parler à son épouse : "Je me suis retrouvé avec trois enfants dans une grande salle ocre, très belle. Je me suis rendu compte que c’était un tunnel. Il y avait une tache blanche au fond. Un blanc absolu. Même la neige n’est pas aussi blanche. Je me suis senti immédiatement très léger. Je me suis dit : si c’est ça mourir, je ne crains pas la mort. Depuis j’ai essayé mille fois de retrouver cette sensation de plénitude, sans jamais y arriver. Ça m’a suivi toute ma vie."

"Moi aussi j’ai vu le tunnel et la lumière."

Marc-Paul, de Poussan (Hérault), est un ingénieur des Mines à la retraite qui a bien la tête sur les épaules. "Je n’en ai jamais parlé parce qu’on m’aurait pris pour un fada. Mais je sais que je n’ai pas rêvé, c’était trop fort et trop réel." Il est blessé près de Constantine, pendant la guerre d’Algérie, d’une balle qui lui percute la tempe. Il est hospitalisé et reste inconscient pendant un mois.

"Moi aussi j’ai vu le tunnel et la lumière. Mais ce qui me convainc que je n’ai pas rêvé, c’est que pendant ce voyage, j’ai appris plusieurs choses que je ne pouvais qu’ignorer. Les circonstances du décès de mon oncle, à Verdun, que j’ai vérifiées après dans les archives militaires lors de leur ouverture au public. J’ai aussi vu comment j’aurais à résoudre, longtemps après, un problème technique très particulier dans le creusement d’un tunnel dans les Alpes."

Ils discutent avec des morts...

D’autres témoignages encore. Une vieille dame de Lunel qui raconte avoir discuté avec son mari, mort depuis sept ans, alors qu’elle sombrait dans le coma à l’hôpital Lapeyronie. Un couple de motards du Gard qui ont vécu une expérience similaire dans deux hôpitaux différents après un accident tragique. Une jeune maman qui est passée à côté de la mort en accouchant et qui raconte un étrange dialogue avec son enfant mort-né.

Des dizaines d’histoires troublantes enfin, de témoins qui ne cherchent pas la publicité mais vivent avec ce souvenir qui les dépasse et guide leur vie entière. Et pose bien des interrogations !

ex Midilibre

 

>>> cliquez sur ce lien pour lire les explications de ce phénomène

NOTE IMPORTANTE A VOTRE SERVICE:

 

Recevez automatiquement et gratuitement un message dès que je publie un nouvel article et soyez  ainsi le premier à être averti de sa mise en ligne, sans jamais recevoir ni publicité ni spam.

 

Indiquez simplement votre adresse mail dans la case sous la rubrique NEWSLETTER en bas de l'article, comme illustré ci-dessous. Vous pourrez vous désabonner dès que vous le souhaiteriez.

 

Je vous souhaite une très agréable lecture !

 

N'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, j'y réponds toujours par retour !

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre - dans TEMOIGNAGES
commenter cet article

commentaires

Laret. 08/10/2013 08:07

Je suis passionné par ces faits...La limite entre la vie et la mort!?L'état comateux?Est 'on conscient?Des questions sans réponses....A bientôt,Jean-Pierre